Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Iti Manawa

Iti Manawa

Les périples océaniques d'Emmeline et Lionel à bord de leur voilier Iti Manawa


La série noire de Novembre...

Publié par Emmeline Moinier sur 6 Décembre 2014, 15:29pm

L'écriture du blog n'a pas beaucoup avancé n'est-ce pas...

Et oui, le mois de novembre a été le mois de la série noire... Rien ne s'est passé comme prévu, tout a été retardé, bien indépendamment de notre volonté ! Du coup, l'envie d'écrire ne s'est pas manifestée !!

Donc, après ces 20 jours au carénage, à terre, quel soulagement de retrouver enfin notre place au ponton parmi les autres bateaux !

Notre première mission sera d'inspecter les passe-coques que nous avons remplacés... Malheureusement, il s'avère qu'ils fuient... bon encore des réparations de plombier en perspective !!

Deuxième mission, redresser le mât... et là c'est bien au delà des compétences de plombier !

Donc le samedi, c'est tout le ponton de la panne D qui se mobilise, opération, redressage de mât ! Après avoir desséré tous les haubans, le plan c'est d'attacher une grosse corde au pied de mât, à l'intérieur du bateau, de la séparer en patte d'oie grâce à une poulie et d'attacher les deux extrémités aux winchs extérieurs. Lionel et Albert sont aux winchs et Jean-Louis et Olivier sont à l'intérieur en train de marteler sur le mât au fur et à mesure qu'on borde la corde... Et moi j'inspecte pour indiquer si le mât daigne bouger ! Et là, victoire !! Le mât recule, à grand renfort de coup de marteau ! Tout le monde a bien mérité un bon apéro !!

La série noire de Novembre...

Un dernier aller-retour à Cagnes sur Mer pour une formation « premiers soins de secours en situation d'isolement » par Jean-Christophe, médecin urgentiste, ami de Lionel et navigateur ! Après un bon repas bien arrosé, vient donc le temps d'apprendre à suturer... sur une saucisse et sur une peau d'orange... pas évident l'affaire !! (peut être un peu à cause du pinard!).

Le soir, nous organisons un dernier pique nique, « intérieur » dans notre appartement de Cagnes sur Mer avec tous les copains niçois ! Dès le lendemain nous vidons totalement l'appartement en assistant à une pluie diluvienne ! Incroyable, les chaussées sont inondées par une rivière de boue !

On apprend à suturer sur une peau de mandarine

On apprend à suturer sur une peau de mandarine

La rivière de boue...

La rivière de boue...

La route du retour est épuisante et nous avons hâte de retrouver notre bateau car il paraît que le vent a soufflé tellement fort du côté de Bandol que plusieurs bateaux qui mouillaient dans la baie de Bandol se sont échoués sur la plage... Un coup de « Largade », un fort vent de Sud
En effet, nous constatons deux navires couchés sur le flan en arrivant à Bandol... Le parking est rempli d'eau, la mer ayant passé par dessus la digue... Des caillasses et des algues tapissent le sol... Impressionnant... Mais Iti Manawa est toujours là, bien sage et toujours bien solidement amarré... L'épisode pluvieux se poursuivra plusieurs jours durant...

L'occasion de prendre le temps d'apprendre à fabriquer notre pain ! Je mélange les ingrédients en suivant scrupuleusement la recette, je laisse lever mon pâton pendant plus d'une heure, je pétris de nouveau puis je donne la forme définitive à mon pain, que je le laisse reposer de nouveau une heure, à température ambiante (je précise que nous avons un petit radiateur soufflant sur 220 volts, tant que nous sommes au port). Après avoir recouvert d'un peu de lait les stries au couteau dans la pâte, j'enfourne pour 50 minutes !
Le résultat est plutôt satisfaisant, même si j'ai eu la main trop légère sur le sel ! Prochaine étape, le pain à la cocotte, encore plus rapide !

fabrication du pain....
fabrication du pain....
fabrication du pain....

fabrication du pain....

Parallèlement, nous sommes toujours dans l'attente de notre fameux portique, l'arceau en inox servant de support aux panneaux solaires, éolienne, et radar. Acti, la société recommandée par mon oncle Géo, nous « mène un peu en bateau »... En effet, la livraison initiale du portique était prévue le 15 octobre... Les jours passent, et malgré les relances incessantes, pas de nouvelles de notre portique (ou de fausses informations) … On commence à trépigner (même si on est bien contents de profiter de notre famille et nos amis et de régler tous les derniers détails de la vie courante !).

Grâce à nos voisins de ponton, Bernard et Dany, des pharmaciens retraités, nous dégustons des oursins fraîchement pêchés par Bernard, une première pour moi ! Apprendre à les ouvrir puis déguster cette chaire fine avec une bonne tartine de pain frais et du beurre, un régal !! Un grand merci à Bernard et Dany pour leur générosité et leurs précieux conseils, autant pharmaceutiques que marins (les bonnes escales, les petits trucs et astuces...)

Dégustation d'oursins avec Bernard et Dany
Dégustation d'oursins avec Bernard et DanyDégustation d'oursins avec Bernard et Dany
Dégustation d'oursins avec Bernard et DanyDégustation d'oursins avec Bernard et Dany

Dégustation d'oursins avec Bernard et Dany

C'est l'occasion également de passer plus de temps avec Christelle, Olivier et Charly, nos voisins de pontons, pleins de bons conseils et surtout pleins d'humour et de soirées arrosées...

Olivier nous a été d'une grande aide lorsque nous avons remonté notre fameux étai, que nous avions cassé en Corse ! Lionel a passé de longues heures à plusieurs reprises en haut du mât pour améliorer l'ancien système... Puis il a fallu réemboiter les tubes en aluminium, y passer l'étai et le raccorder au mât... et là, oh rage, au désespoir, la pièce d'étrave en inox que nous avions fait refaire par Acti (celle qui avait été pliée ) n'est pas tout à fait aux bonnes dimensions !!! Impossible donc de terminer le montage de l'étai , et donc de finir le réglage du gréement et donc de naviguer... Lionel a donc dû redémonter la pièce qu'il avait collé au sica, et nous l'avons rapportée pour la faire reprendre...

La nouvelle pièce refaçonnée et repostionnée, il nous a fallu régler le gréement à l'aide d'Albert et Olivier... Prendre les mesures exactes des haubans, galhaubans... en somme, tendre les câbles qui tiennent le mât et optimiser sa flexion... Un réglage précis permet d'optimiser les performances du bateau... Et pour finaliser les réglages, il faut faire naviguer le bateau à pleine puissance... Nous sommes donc ressortis à bord d'Iti Manawa avec Albert et Olivier, après plus de trois mois sans naviguer... On est heureux ! Sentir de nouveau notre voilier arpenter le creux des vagues, remonter au vent vers le large avec à son bord des marins expérimentés et désormais nos amis, un moment fort et symbolique qui marque un « passage » dans la vie d'Iti Manawa et de son équipage...

La série noire de Novembre...La série noire de Novembre...
Lionel, Albert et Olivier, nos amis marins bandolais !
Lionel, Albert et Olivier, nos amis marins bandolais !Lionel, Albert et Olivier, nos amis marins bandolais !

Lionel, Albert et Olivier, nos amis marins bandolais !

Parallèlement, nous avons effectué divers travaux d'entretien, notamment graisser les winchs. Nous avons démonté chaque winch, passé toutes les engrenages à l'essence F, graissé les roulements et tout remonté (à la frontale, car oui, ça prend du temps, surtout qu'il y en a 6 sur notre bateau!)

Graissage des winchsGraissage des winchs

Graissage des winchs

Tout ça au gré des rencontres, des visites de différents voisins de pontons, amis ou famille... des moments forts agréables qui nous manqueront terriblement plus tard...

Timothé aux aguets, Noé, au winch, et la petite famille sur le pont !
Timothé aux aguets, Noé, au winch, et la petite famille sur le pont !
Timothé aux aguets, Noé, au winch, et la petite famille sur le pont !

Timothé aux aguets, Noé, au winch, et la petite famille sur le pont !

Côté sécurité, nous avons effectué quelques transformations : les pompes de cales peuvent désormais être actionnées toutes ensemble à partir du tableau électrique, grâce à la pose de nouveaux interrupteurs.

Nous avons rajouté 40 mètres de chaîne pour un mouillage secondaire de secours (vendue pour 50 mètres, série noire quand tu nous tiens...).

Nous avons trouvé des pinoches pour chaque passe coque, nous avons remplacé notre bouée fer à cheval par un syteme de bouée « rescue man »... C'est une bouée reliée à un bout flottant qui permet de récupérer plus facilement un homme à la mer...

Nous avons investi dans quelques pavillons étrangers et nous avons surtout équipé nos gilets de sauvetage avec des lampes flash led à déclemenchement automatique, un miroir, un baton de cyalume (bâton lumineux visible de très loin)...

Nous sommes désormais équipés d'une balise de sécurité avec GPS intégré au cas où nous ayons à évacuer le navire en urgence, nos chances d'être secourus rapidement sont considérablement accrues...


Puis, il a fallu trouver une veste de quart à ma taille ! Et oui, pas gagné l'affaire ! Nous avons passé une journée à Hyères à visiter les magasins d'accastillage et voileries mais sans succès... J'ai fini par devoir commander ma veste sur Internet, sur le seul site qui proposait des vraies vestes de navigation en taille XS... Dans la série noire, ils avaient perdu mon paquet, m'avaient débité, puis l'ont retrouvé... Bref, tout comme la housse étanche pour le téléphone portable de Lionel que nous avons commandé sur Internet et qui n'est jamais arrivée (mais que nous avions payé bien sûr!!) Et les cordages, bloqués également pour « cause d'inventaire »...

Ah oui et les cartes marines, toute une histoire ! Après les avoir reçues très rapidement, il a fallu les activer sur Internet... Bah, non, impossible de les faire fonctionner ! Obligés de contacter le SAV, qui nous renvoie au responsable France, qui nous renvoit à la hotline en Angleterre... très pratique ! Mais nous parvenons tout de même à activer les cartes, non sans mal !

Mais la palme d'or, c'est quand même l'histoire de notre portique... Le dessinateur technique, qui avait pris les mesures à l'aide d'un super laser, devait nous présenter des plans... 15 jours après sa venue, il nous annonce qu'il va devoir repasser car les mesures du scanner ne sont pas très précises (forte houle lors des mesures au ponton...)

Mais on ne le reverra jamais... à force de coups de fil, il finit par nous annoncer que finalement, il a pu tirer quelque chose des scans et qu'il est en pleine préparation des plans, qu'il nous appelle dès que les plans sont finalisés...

Bon... mais les jours passent et pas de nouvelles, il ne répond pas au téléphone... On décide de passer directement au bureau... On voit nos plans, ça a l'air pas mal... La réalisation doit se faire dans la foulée... Mais c'est une trèèèèès longue foulée !!

En effet, les jours passent, pas de nouvelles, on nous annonce des dates mais rien ne bouge concrètement... On commence un peu à désepérer et à s'impatienter, et même mon oncle Géo, qui connaît très bien le patron ne parvient que difficilement à avoir des informations et à faire avancer les choses... Un beau matin, à force d'insister, coup de fil : la conception de notre portique a bien avancé, on peut passer voir... Bon... rien de vraiment bien fini, difficile de se rendre compte... personne de dispo à l'atelier pour nous renseigner sur les étapes suivantes afin de rectifier en cas de problème...

on décide de repasser régulièrement pour suivre l'évolution de la conception car tous les ouvriers sont absolument débordés et personne ne se soucie vraiment de notre cas... Un matin, nous découvrons, non sans surprise, que les barres latérales de renfort ne sont pas soudées horizontalement par rapport à la structure finale... les pattes de fixation que l'on avait demandé n'existent pas...les petits crochets pour accrocher notre futur taud non plus... bref, ni fait ni à faire, il s'agit de faire modifier tout ça avant livraison...

Arrive enfin le jour tant attendu de l'installation du portique sur le bateau ! Trois ouvriers sont dépêchés sur place, accompagnés de notre fameux dessinateur technique... et nous constatons avec énervement que les côtes ne correspondent pas à la réalité... de dix bons centimètres... Les barres de renfort latérales passent sur le balcon, et les jambes de fixation avant sont trop courtes...

Forcément, prendre des mesures un jour de grand vent, ça aurait été trop beau que tout coïncide ! Obligé de trouver une solution de secours en urgence ! Et là, nouvelle boulette de la part du dessinateur, il fait refaire des platines inox « allongées » de manière à ce que les bras de fixation puissent se poser aux emplacements prévus... Les trois autres ouvriers passeront le restant de la matinée à fixer les deux jambes de fixation arrière (aux côtes exactes), sous une pluie battante et un vent d'est déchaîné, l'horreur...

Mise en place du portique...
Mise en place du portique...
Mise en place du portique...

Mise en place du portique...

Le lendemain, rebelote, mais avec les nouvelles platines... Mais, là, horreur, on constate une nouvelle fois que les platines sont mal pensées et conçues et inadaptées aux bras de fixation avant du portique... Il faut trouver une solution, rapide et efficace, surtout que le vent et la pluie sont de nouveau de la partie... Les ouvriers bâchent l'arrière du bateau, et nous décidons communément de disquer les embases des bras de fixation et de les ressouder en biais sur les platines... Un travail de titan... Une fois rectifié, il faut polir et passer à l'acide les nouvelles soudures... Les pauvres hommes termineront sous une pluie battante, tard le vendredi soir...

La série noire de Novembre...

Nous fêtons notre nouveau portique par une soirée au champagne chez Olivier notre voisin, qui assistait à la scène depuis plusieurs jours... Mais on s'est réjouit trop vite... Le jour suivant, lorsque l'on a voulu poser nos panneaux solaires à l'emplacement prévu, horreur, ça ne rentre pas, d'un centimètre... grhhhhh...

Lundi matin, première heure, nouveau coup de fil chez Acti pour qu'il nous renvoie une équipe capable de rectifier le cadre inox... Mais bien sûr, il pleut des cordes et c'est un peu dangereux de souder sous la pluie, donc ça attendra 24h...

Nous on trépigne et on s'énerve !! En effet, ça fait plus de deux mois que nous stockons l'éolienne, le radar, les panneaux solaires sur le bateau et que tout est milieu, en équilibre, nous empêchant de naviguer et d'optimiser le rangement du bateau...

Alors du coup, on décide d'aller faire connaissance avec la petite Louise, le bébé de Françoise et Bruno, née trois jours auparavant à la maternité d'Aix en Provence... Un moment plein d'émotions et qui nous requinque pour la suite, surtout après l'agréable soirée passée en compagnie de Bruno (bah oui, Louise est encore un peu jeune pour aller boire des bières au pub avec son papa!!)

Toute la famille participe à la finalisation du portique

Toute la famille participe à la finalisation du portique

Et enfin, Iti Manawa est fin prêt à naviguer !

Pour son inauguration officielle, Jackie et Anita, Nicole, Véronique et Olivier sont à bord ! Après avoir attendu la livraison de ma veste de quart (bah oui...), et après une bonne série de quiches et de tartes, il est temps d'y aller !

Jackie à la barre, on hisse rapidement les voiles, on déroule le génois et nous voilà partis, au près... Sortis de la baie, le vent monte et Jackie se régale à la barre ! Le premier virement de bord est un peu sec, le temps que Jackie prenne ses marques avec la barre à roue et nous voilà repartis de plus belle....

Là, Maman comprend enfin pourquoi il faut tout caler dans un bateau à l'intérieur... On ne laisse pas la bouteille d'eau sur la table avec le morceau de tarte aux pommes restant... sinon ça finit par terre, au mieux, scotché au mur, au pire ! Quel rigolade de voir maman se rendre jusqu'à la cabine avant où elle avait laissé son Ipad ! Elle découvre enfin ce que veut dire le mot « giter » ! c'est du sport !

Puis le vent baisse peu à peu et du coup, nous subissons la houle et certains sont un peu barbouillés, Anita finira même par « rendre son saumon à la mer »...

Nous rentrons sans embûches au port, accompagnés par un magnifique coucher de soleil... une sortie hautement symbolique pour nous tous, couronnée par un goûter sympathique (même Micka, notre pote surfeur du carénage passe ce soir là nous faire un coucou, décidément, on en connait du monde à Bandol, ça va bien nous manquer tout ça!!)

Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !
Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !
Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !
Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !

Première sortie "officielle" d'Iti Manawa, à bord, Jackie, Anita, Olivier, Nicole, Véronique et les deux capitaines !

L'heure du GRAND départ approche peu à peu... Visite des amis, de la famille, pot de départ, grosses courses de stock de conserves (le bateau est plein à craquer, tous les coffres sont remplis, et nous avons dû établir un plan pour savoir où sera stockée chaque catégorie d'aliment!)

Nos deux jours d'essai prévus à Porquerolles se solderont par une simple sortie dans la baie de Bandol avec l'aide d'Olivier car un fort coup de vent d'Est est en cours et nous oblige à écourter notre programme... Mais il nous faut tout de même mettre en marche le déssalinisateur... Miracle, il fonctionne du premier coup... La série noire se serait-elle arrêtée ??

Stock de médicaments, stock de conserves ! Et la visite d'Audrey à bord !
Stock de médicaments, stock de conserves ! Et la visite d'Audrey à bord !Stock de médicaments, stock de conserves ! Et la visite d'Audrey à bord !

Stock de médicaments, stock de conserves ! Et la visite d'Audrey à bord !

S'adapter en permanence aux éléments, voici notre nouveau credo...Ne rien prévoir, pas de date, pas de plan précis, la vie au jour le jour, une vie de nomades, de découvertes, de rencontres... NOTRE nouvelle vie désormais, bien loin des typiques conventions...

La série noire de Novembre...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents